Connect
En Haut

Beigbeder ou la vanité

Numéro 88 – Littérature française

La rentrée littéraire peut tout à fait se passer de Beigbeder, de Liberati, de madame Angot, de Felicité Herzog ou d’ Amanda Sthers.

Quand un écrivain rencontre un autre écrivain, de quoi parlent-ils ? De littérature, bien sûr, ou presque :
– Je n’aime pas tellement Hemingway. Tu aimes bien, toi ?
– Oui, les nouvelles. Et Paris est une fête, obligé.
– Ça m’a toujours un peu gonflé.
Cet inoubliable échange oppose de part et d’autre d’un filet de voix Michel Houellebecq et Frédéric Beigbeder, un peu comme si s’affrontaient sous Stilnox Djokovic et Federer dont on aurait remplacé les raquettes par des filets à papillon. En ouverture de ces Conversations d’un enfant du siècle, Beigbeder ne manque d’ailleurs pas, ainsi qu’il est d’usage pour les somnifères, d’en préciser la posologie : « Ne lisez pas tous ces dialogues à la suite, ils deviendraient aussi indigestes qu’un dîner avec vingt plats en sauce. Je suggère de les ouvrir par intermittences, d’en picorer un ou deux à la suite, puis de reposer le livre… »

Dommage qu’en ces temps de préoccupantes statistiques de la sécurité routière, il oublie d’en déconseiller la lecture avant de prendre le volant. Vingt-sept entretiens d’abord parus entre 1999 et 2014 dans différents journaux avant d’être ici rassemblés en volume comme autant d’étapes vers l’idéal de Lao-Tseu : « Le Tao est le vide, mais le vide est inépuisable. C’est un abîme vertigineux. Insondable. » Vertigineux abîme de vacuité que la conversation avec feu Guillaume DustanIl faut être le plus fort et le plus heureux possible. »), inépuisable vanité d’une auto-interview aux deux tiers du livre — sans doute le charme insondable du deuxième degré. Mais dans telle réponse de Bernard-Henri Lévy, les futures générations trouveront témoignage d’une élégance française certes un peu surannée, mais si touchante : « J’avais un test que j’appelais « le test de la pouffiasse » : si je dînais avec une fille qui hésitait pendant des plombes avant de décider ce qu’elle allait prendre, c’était assez mal barré. » Classe ou pas ?
E. N.

Conversations d’un enfant du siècle, de Frédéric Beigbeder, Grasset, 384 p., 20€.

Plus d'informations dans Littérature française

  • Charles-Roux Edmonde à l’envers

    Numéro 104 – Littérature française Portrait d’une héroïne des fêtes de l’Huma en Chanel qui, selon André Pieyre de Mandiargues, avait...

    Claude Delay30 mars 2017
  • Antoine Blondin – Une vie entre les vignes

    Numéro 96 – Littérature française   Alain Cresciucci explore la planète d’un Monsieur Jadis diablement actuel.   Nous fêtons les 25...

    Thomas Morales20 juin 2016
  • Céline, Bagatelles pour une autre fois

    Numéro 95 – Littérature française   Réédition des lettres de l’horrible Louis-Ferdinand Céline à l’épouvantable Pierre Monnier.   « Céline : déplorer...

    Maxence Caron24 mai 2016
  • Henri Michaux : Au non de tous les siens

    Numéro 94 – Littérature française   Le grand auteur défendait son intégrité mentale et physique contre les agressions du dehors.  ...

    Vincent Landel6 avril 2016
  • Depardieu? Non, un par un !

    Numéro 93 – Littérature française   L’ineffable Gégé a pondu un bouquin génial plein d’innocence et de culpabilité.   Nous nous...

    Jean-Michel Lambert7 mars 2016
  • Rezvani: L’homme qui volait sur les gouffres

    Numéro 91 – Littérature française   Rezvani a été peintre, écrivain et parolier, le tout avec bonheur, dans le tourbillon de...

    Claude Delay18 janvier 2016