Connect
En Haut

Bonne dégustation !

Pour commencer la potée, mon Auverploum, si tu veux te rôtir la rosette au soleil de l’Auvergne, tu fonces au Caluc et tu choisis une variation du pascadou, un truc pour les durs à cuire (c’est exactement ça), avec canard, agneau, andouille, le tout passé à la salamandre dans un casse-dalle comac, comme le gros panini du père Enzo. Là, si tu ne repars pas bille en tête vers la broussette avec Jane dans la brouette à pédales,en peau de bête et bikini, pour pousser le cri de Tarzan la banane, tu peux, entre les fruits secs, les herbes aromatiques et le mandar de tonton Caluc, te farcir le farsou et demander le supplément, autrement dit qu’on te snacke le Justin Bridoux afin de fredonner Ramona en swahili. Tu l’as pigé, à Paris, il faut être aligot, avec l’accent aligot, te tricoter un ersatz de cousinat (soupe auvergnate) ou de mourtayrol (potage au safran du Rouergue), et prendre la direction du Caluc, pas pour les trouducs, histoire de morganer le pascadou et le farsou, oui, mon petit chou, afin d’avoir le biniou sur les genoux, direct dans les bijoux, you you les petits cailloux!
Caluc, 11 rue des Petites-Ecuries, 75010 Paris, 0142471729. Menu: 10 €, carte: 25 €.

Camarade Poireau, si tu veux t’activer l’Hercule, va chez Trochon, et non pas chez Torchon, au sémillant Semilla, où, crois-moi, entre le potage de maïs et le poulaga de grain, tu ne te mélangeras pas les serviettes, et où tu te feras un trip Salon de l’Agriculture pas piqué des céréales. Ce petit bouclard en plein rue de Seine, avec ses plats malins, ses clins d’œil, ses prix doux, nous invite à goûter la tortore d’un Meilleur Ouvrier de France, lequel bande à l’aise entre le mac fumé, le tartare de lan- goustines, le lapin de chez Fleur et le superbe carré de veau, comme un osso dans son buco. C’est bon, savoureux, un peu juste dans la gamelle, certes, mais pour s’allonger le tuyau de poêle, entre un shiitake de mes deux et un cheese-cake de tata Tricotin, pas de blème, on se régale le carter avec les félicitations des soupapes. De quoi l’avoir aux oignes et de mettre Charlot soldat au garde-à-vous. Bonne dégustation!
Semilla, 54 rue de Seine, 75006 Paris, 0143543450. Menu: 24 €, Carte: 50 €.

La manie modeuse de tous ces glandus qui veulent se beurrer le matelas en œuvrant dans la graille est de répéter sans arrêt : « Bonne dégustation! » Un radis beurre,un bulot mayo ou un wonton (ravioli?) de boudin noir, et c’est « Bonne dégustation! » Là, au Servan, qui n’est pas Schreiber, on vous serine donc « Bonne dégustation! » entre chaque plat, et vous vous entubez derrière le fût de chêne une cervelle pochée au beurre et à l’oseille, un œuf pané frit aux poireaux et à la crème de cresson, le tout plutôt choucard, en lisant un menu désincarné, très chic, très world, très hype, qui se contente d’énumérer les aliments comme dans un concours agricole en pleine cambrousse. Imaginez un peu le badigeon, avocat, mangue verte, seiche crue, truite de Banka, sésame noir, carottes rôties, beurre de coquillages, carré d’agneau, coucou de Rennes (non, ce n’est pas le coucou de Daquin mais un coquelet rôti à point), etc. Ça nous évoque le fricot du père Mandoline qui vous colle une secousse à pleins tuyaux, secondé par des louftingues sympas au look Krishna, dans une déco socialisante à vous dégoûter à tout jamais de voter Incompétent 1er, le tout sublimé par des kilbus qui vous ramonent la gomme à effacer les timbres et vous font lever cinq fois dans la nuit pour aller changer l’eau des calamatas. Bref, par ici le Père-Lachaise, tu l’as dans l’œil de braise, comme dans un fauteuil, merci Neuneuil !
Servan, 32 rue Saint-Maur, 75011 Paris, 0155285182.Carte:50€.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Se connecter

Laisser un commentaire

Plus d'informations dans Gastronomie