Connect
En Haut

Foenkinos le pervers

David Foenkinos vient de publier le livre le plus triste de l’année, et c’est un euphémisme. Soit une famille juive allemande ravagée par le suicide bien avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. L’avènement du Führer n’arrange rien. L’horreur nazie enfonce les survivants dans leur désespoir génétique ; la solution finale renforce leur propension à en finir avec la vie. Qu’imaginer de plus atroce que le destin de ces malheureux, Charlotte en tête, qui est peintre et ultra-sensible ? Avançant dans le récit on ne cesse d’espérer, non pas du tout une fin heureuse, la naïveté a des limites, mais enfin quelque éclaircie, car les personnages sont touchants.

Gallimard s’est trompé de collection. La Noire eut mieux convenu que la Blanche. La facture de “Charlotte” soutient efficacement la désolation dont son auteur a voulu l’imprégner. David Foenkinos a choisi le registre de Cendrars dans “La Prose du Transsibérien”. Il a composé un long poème libre – dont les phrases sont plus courtes que celles de Cendrars, six à huit mots, une demi-ligne pour la plupart avec des points et quelques virgules. David Foenkinos est un grand pervers.
E.D.

Charlotte, de David Foenkinos, Gallimard 221 p., 19,50 €.

Plus d'informations dans Franc-parler

  • La Gauche ment !

    Numéro 96 – Franc-parler   À gauche, on n’a qu’une parole: le mensonge. Le dernier en date : « Nous avons bien redressé...

    Christian Millau16 juin 2016
  • Dur d’être francophile quand on aime la France ! De Leys à Nothomb

    Numéro 93 – Franc-parler   En décembre dernier, l’Académie de Langue et de Littérature françaises de Belgique recevait Amélie Nothomb au...

    Jean-Pol Baras10 mars 2016
  • Devenir réac de gauche

    Numéro 91 – Franc-parler   Désolé pour le « moi je » mais c’est la règle de ce jeu. Au premier...

    Christian Montaignac21 janvier 2016
  • Kerangal: épater les uns, emmerder les autres

    Numéro 90 – Franc-parler   En relisant “Réparer les vivants”, j’ai cru enfin saisir ce qui a fait son invraisemblable succès...

    Frédéric Roux22 décembre 2015
  • Les barbares sont arrivés… Enfin !

    Numéro 89 – Franc-parler   On ne les attendait plus. L’immigration avait cessé de faire peur. On avait supprimé les frontières....

    Roland Jaccard25 novembre 2015
  • Le totalitarisme du bien

    Numéro 88 – Franc-parler   Rien ne me semble plus révélateur de l’état préoccupant de la France que la manière dont...

    Philippe Bilger28 octobre 2015