Connect
En Haut

Les cents visages du docteur Freud

Et si on fichait un peu la paix au divin papa de la divine psychanalyse ?

Pauvre Freud. Dire qu’on traite avec tant d’aigreur le Christophe Colomb des décolletés et des petites culottes ! Quelle ingratitude. C’est quand même l’explorateur qui, le premier, a arpenté en pionnier le vaste continent de nos fantasmes. Avant lui, nul ne s’était lancé dans des spéculations géographiques aussi précises à travers les méandres du moi, du ça et de leurs pulsions. Grâce à lui, on est quelques-uns à comprendre ce qui traîne bien caché dans le fond de nos poches. Je ne parle pas des malheureuses arrivées chez lui froides comme la pierre pour atteindre, une fois sorties de son canapé, des orgasmes dignes de l’échelle de Richter. Ni des hommes auxquels ses silences faisaient plus d’effet encore que le Viagra. Cela mérite quelques égards. Va-t-on chercher des poux à Darwin, à Nietzsche et à tous les révolutionnaires messianiques ? Le respect se perd. Triste époque qui recueille les ragots avec la soif d’une feuille pour la rosée. Depuis quelques années les vautours de l’analyse littéraire s’enivrent de détails picorés dans sa biographie. L’édition est ainsi faite : une petite hache peut abattre un grand arbre. Le “Livre Noir de la Psychanalyse” s’était régalé de l’efficacité thérapeutique très relative de certaines analyses et ironisait sur le nombre exorbitant de leurs consultations. Michel Onfray en avait rajouté en faisant mine de s’indigner de la liaison de Sigmund avec sa belle-sœur (et alors ?) et en rappelant vicieusement une dédicace grotesque au « Duce, le héros de la civilisation » ! Le pire restait à venir avec “La liste de Freud”, un roman de Goce Smilevski qui rappelait qu’au moment de fuir l’Autriche nazie, Freud avait pu emmener vingt personnes (dont ses infirmières, ses servantes et son chien) mais avait laissé à Vienne ses sœurs qui furent déportées et exterminées. Le pire est que tout cela était vrai.

Pas de quoi, cela dit, en faire une tragédie grecque. Les secrets, c’est comme les yeux et les oreilles, tout le monde en a et les bons sentiments n’ont jamais tenu lieu de critère intellectuel. La vie est un libre-service, Freud pouvait bien en faire ce qu’il voulait du moment que ses livres passionnaient les lecteurs. D’abord c’est rare et même exceptionnel. Ensuite ses idées sur le rôle de la sexualité dans nos psychismes étaient bel et bien inspirées. Avant lui, on avait vite fait d’être étiqueté hystérique pour la vie et sans remède. Moi, je lui en suis reconnaissant. Jamais je n’irais m’allonger sur un canapé pour raconter à un inconnu qui me tourne le dos mes échecs dans la quête de Vénus et de son fameux Graal mais, pour autant, il m’inspire le respect. Comme une sorte de pape, de prix Nobel ou de grand savant. D’où mon angoisse en voyant qu’à la rentrée, on annonçait à nouveau “Un secret du docteur Freud”. Signé, cette fois-ci, par Eliette Abécassis. Ouf, pas de panique. C’est très respectueux. On parle des derniers jours de Freud à Vienne et de son exfiltration financée par Marie Bonaparte. Rien de nouveau mais rien de malveillant. Même le nazi de service se convertit. Quant au secret, je n’ai pas bien compris. Il semble que ce soit une lettre qu’il tenait absolument à récupérer parce qu’il y dénonçait le comportement de son propre père avec ses sœurs. Est-ce vrai ? Est-ce de l’imagination ? Mystère. Mais cela ne nuira pas à la légende. J’ai l’impression que les eaux de la méchanceté ont regagné leur lit. C’est l’heure du refoulement. Le docteur aurait apprécié en connaisseur.
G. M-C.

Le crépuscule d’une idole, de Michel Onfray, Grasset, 624 p., 22,40 €
La Liste de Freud, de Goce Smilevski, Belfond, 290 p., 20,50 €
Un secret du docteur Freud, d’Eliette Abécassis, Flammarion, 208 p., 18 €.

1 Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Se connecter

Laisser un commentaire

Plus d'informations dans Littérature française

  • Charles-Roux Edmonde à l’envers

    Numéro 104 – Littérature française Portrait d’une héroïne des fêtes de l’Huma en Chanel qui, selon André Pieyre de Mandiargues, avait...

    Claude Delay30 mars 2017
  • Antoine Blondin – Une vie entre les vignes

    Numéro 96 – Littérature française   Alain Cresciucci explore la planète d’un Monsieur Jadis diablement actuel.   Nous fêtons les 25...

    Thomas Morales20 juin 2016
  • Céline, Bagatelles pour une autre fois

    Numéro 95 – Littérature française   Réédition des lettres de l’horrible Louis-Ferdinand Céline à l’épouvantable Pierre Monnier.   « Céline : déplorer...

    Maxence Caron24 mai 2016
  • Henri Michaux : Au non de tous les siens

    Numéro 94 – Littérature française   Le grand auteur défendait son intégrité mentale et physique contre les agressions du dehors.  ...

    Vincent Landel6 avril 2016
  • Depardieu? Non, un par un !

    Numéro 93 – Littérature française   L’ineffable Gégé a pondu un bouquin génial plein d’innocence et de culpabilité.   Nous nous...

    Jean-Michel Lambert7 mars 2016
  • Rezvani: L’homme qui volait sur les gouffres

    Numéro 91 – Littérature française   Rezvani a été peintre, écrivain et parolier, le tout avec bonheur, dans le tourbillon de...

    Claude Delay18 janvier 2016