Connect
En Haut

Les chemins d’Authier

Dans ce livre qui se moque d’une certaine modernité, il n’est pas fait allusion à Patapouf 1er, roi des incompétents. On commence avec de Gaulle, on finit avec de Gaulle. Christian Authier fraternise avec l’Histoire et transcende la fraternité. Son mot d’ordre est la solidarité, sa loyauté est l’absence de calcul.

Au moment de la rentrée littéraire, c’est bon. “De chez nous” (Stock) lance un appel. C’est presque le 18 juin. Authier rend hommage à Bernanos, Péguy, Jacques Perret, Germaine Tillion, Melville, Blondin, l’OM de la belle époque, aux vins d’Éric Callcut, à l’insouciance. C’est une dégustation libertaire. Une profondeur de bouquet. On en a marre des têtes vides des médias, du Net et du Smartphone. On veut des chuchotements de mots frais. Du Bach chez les mousquetaires, du Dumas chez les Brandebourgeois. On veut la liberté, l’égalité, la fraternité. Les vraies. Pas de la daube. Authier a raison : « La France n’est pas une race, une ethnie ou une religion même si l’empreinte de la chrétienté y est décisive, elle réside dans la volonté de vivre ensemble pour le Bien commun et autour de valeurs partagées ».
F.C.

Plus d'informations dans Edito

  • Une idée de l’ enfer

    Numéro 86 – Edito En France, on aime jouer. On met beaucoup de politique dans la morale et peu de morale...

    François Cérésa6 juillet 2015
  • Sacré Lupin

    Numéro 85 – Edito Adrien, qui ne nous a pas encore fait ses mémoires, est un esthète. Il aime l’art. Il...

    François Cérésa11 juin 2015
  • Astruc

    C’était la belle époque. Le diesel polluait moins, les ministres de la culture aussi. Potiche Pellerin n’était pas encore née, Radio...

    François Cérésa19 mai 2015
  • Notre amie la rose

    On parle de french bashing. Il s’agit plutôt de french merding. Regardez Najat Vallaud-Belkacem. Aussi pertinente que l’inénarrable Fleur Pellerin (la...

    François Cérésa2 mai 2015
  • Alex

    À chaque fois qu’un livre de Dumas renaît de ses mousquetaires, on se met en garde. C’est bon. Un vent de...

    François Cérésa24 mars 2015
  • Jean-Luc Godard L’écaillé du cinéma

    Quand le père de la Nouvelle Vague et d’“À bout de souffle” inspire (bien ou mal ?) les romanciers. « Je suis...

    Emmanuelle de Boysson4 février 2015