Connect
En Haut

Méchants et médiocres

C’est terrible, les méchants. Surtout dans l’Histoire. Voyez Néron, César Borgia, Fouquier-Tinville, Himmler, Beria. Jean Tulard raconte tout cela (sous forme de dialogues) dans “Le pouvoir du mal” (Editions SPM). Ses treize méchants sont fascinants. Cela fait une moyenne avec les médiocres, qui, eux, ne le sont pas.

Monsieur Ayrault (le mal nommé) et Madame Filipetti (écrivaine pâteuse), l’un en déclarant que Gérard Depardieu était minable, l’autre en affirmant que l’acteur ferait mieux de faire du cinéma muet, prouvent que médiocrité et méchanceté peuvent marcher main dans la main. Depardieu a interprété avec éclat Cyrano, Uranus, le colonel Chabert. Et même Obélix. Monsieur Ayrault et Madame Filipetti, qui n’ont aucun éclat, ne pourraient même pas interpréter des menhirs. Plus médiocres que méchants, ils ne pourraient surtout pas figurer dans le livre de Tulard. Pour cela, il faut de l’envergure.
F.C.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Se connecter

Laisser un commentaire

Plus d'informations dans Edito

  • Madame Mim

    Numéro 112 – Edito Dans les couloirs de l’Hôtel de Ville, elle chante : « Qui c’est la baronne du châtiau,...

    François Cérésa6 janvier 2018
  • Une idée de l’ enfer

    Numéro 86 – Edito En France, on aime jouer. On met beaucoup de politique dans la morale et peu de morale...

    François Cérésa6 juillet 2015
  • Sacré Lupin

    Numéro 85 – Edito Adrien, qui ne nous a pas encore fait ses mémoires, est un esthète. Il aime l’art. Il...

    François Cérésa11 juin 2015
  • Astruc

    C’était la belle époque. Le diesel polluait moins, les ministres de la culture aussi. Potiche Pellerin n’était pas encore née, Radio...

    François Cérésa19 mai 2015
  • Notre amie la rose

    On parle de french bashing. Il s’agit plutôt de french merding. Regardez Najat Vallaud-Belkacem. Aussi pertinente que l’inénarrable Fleur Pellerin (la...

    François Cérésa2 mai 2015
  • Alex

    À chaque fois qu’un livre de Dumas renaît de ses mousquetaires, on se met en garde. C’est bon. Un vent de...

    François Cérésa24 mars 2015