Connect
En Haut

Neuf de Pâques

Neuf nouvelles de Patrick Besson qui nous permettent de voir du pays.

Patrick Besson n’est jamais où on l’attend. Chroniqueur libre, romancier éclectique, polémiste et croqueur de stars, il est aussi un nouvelliste sensible, à fois drôle, vif, poétique. Témoin son dernier opus, où il nous offre neuf exemples de son talent. À Nice, une promeneuse mélancolique rencontre Nietzsche. Elle deviendra son amoureuse en secret et, peut être, la mère de son fils inconnu, se souvenant que l’auteur de Zarathoustra réclamait, pour lui, « la paix, l’oubli, l’indulgence du soleil et de l’automne », qui donnera son titre à ce recueil. À Mumbai, ex Bombay, un écrivain français raté chez lui, devenu best-seller en Inde, comprend que sa belle traductrice sikh revoit ses livres à sa manière et les embellit. À Londres, un professeur de philosophie rêve de la jeune chanteuse Rihanna et la séduit. À Londres puis New York, un prince Indien né à Milan jette son dévolu sur une joueuse russe qui gagne le tournoi de Wimbledon puis de Flushing Meadows. À Paris, une caissière rousse tue ses amants prénommés Patrick. À Bangkok, une ex-star TV qui fut le « septième présentateur préféré des Français », devient un anonyme amoureux étrange…

À Berlin, en 1942, un jeune officier allemand accueille les comédiens (et comédiennes) français en voyage et voit ainsi son destin changé. À Cancun, un professeur de français dialogue avec son père mort. Tandis qu’au Marché des Enfants Rouges, en lisière du Marais, un fils se venge de ses parents qui l’ont abandonné ou échangé… Bref, on voyage beaucoup chez Besson, en peu de pages, on s’amuse, on s’interroge sur son identité. On pose les questions, mais on n’attend pas toujours les réponses. Tandis que l’auteur égrène les aphorismes surprenants et ludiques : « Trente ans est le meilleur âge : c’est avoir vingt ans plus un salaire ». Ou encore : « les seuls écrivains dignes d’être épousés sont les écrivains de génie ». Bref, on ne s’ennuie jamais avec Patrick Besson.
G.P.

L’indulgence du soleil et de l’automne, de Patrick Besson, Fayard, 110 p., 13 €.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Se connecter

Laisser un commentaire

Plus d'informations dans Littérature française

  • Charles-Roux Edmonde à l’envers

    Numéro 104 – Littérature française Portrait d’une héroïne des fêtes de l’Huma en Chanel qui, selon André Pieyre de Mandiargues, avait...

    Claude Delay30 mars 2017
  • Antoine Blondin – Une vie entre les vignes

    Numéro 96 – Littérature française   Alain Cresciucci explore la planète d’un Monsieur Jadis diablement actuel.   Nous fêtons les 25...

    Thomas Morales20 juin 2016
  • Céline, Bagatelles pour une autre fois

    Numéro 95 – Littérature française   Réédition des lettres de l’horrible Louis-Ferdinand Céline à l’épouvantable Pierre Monnier.   « Céline : déplorer...

    Maxence Caron24 mai 2016
  • Henri Michaux : Au non de tous les siens

    Numéro 94 – Littérature française   Le grand auteur défendait son intégrité mentale et physique contre les agressions du dehors.  ...

    Vincent Landel6 avril 2016
  • Depardieu? Non, un par un !

    Numéro 93 – Littérature française   L’ineffable Gégé a pondu un bouquin génial plein d’innocence et de culpabilité.   Nous nous...

    Jean-Michel Lambert7 mars 2016
  • Rezvani: L’homme qui volait sur les gouffres

    Numéro 91 – Littérature française   Rezvani a été peintre, écrivain et parolier, le tout avec bonheur, dans le tourbillon de...

    Claude Delay18 janvier 2016