Connect
En Haut

Notre amie la rose

On parle de french bashing. Il s’agit plutôt de french merding. Regardez Najat Vallaud-Belkacem. Aussi pertinente que l’inénarrable Fleur Pellerin (la ministre de la Culture énarque qui ne lit pas), elle s’en prend à la fessée et aux cantines scolaires. C’est vrai qu’avec trois millions de chômeurs, c’est la priorité absolue. On se fend la tirelire. Ceux qui ne veulent pas manger dans les cantines françaises n’ont qu’à aller se faire cuire un œuf à Pétaouchnok. Et ceux qui veulent nous mettre en prison parce qu’on a flanqué une fessée à nos enfants devraient prendre une raclée, comme disaient les regrettés Marat, Hébert et Robespierre. Vive la république ! On se fend la tirelire. Bon, évidemment, madame Vallaud-Belkacem, qui est de gauche, habite dans le 7e arrondissement de Paris, ce qui est une bonne raison pour faire du communautarisme. On se fend la tirelire. Nous, on habite le 7e, et que l’on soit de droite ou de gauche, on déteste le communautarisme. C’est grave, docteur Najat ? Non, lisez plutôt “Avis non autorisés” (Équateur), de Françoise Hardy, notre amie la rose, comme disait Villon. Hollande, Duflot, sectaires religieux, vaniteux, impôts à la con, énarques et cons (pléonasme) en prennent plein la tirelire. Ah, notre amie la rose ! comme disait Mitterrand.
F.C.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Se connecter

Laisser un commentaire

Plus d'informations dans Edito

  • Une idée de l’ enfer

    Numéro 86 – Edito En France, on aime jouer. On met beaucoup de politique dans la morale et peu de morale...

    François Cérésa6 juillet 2015
  • Sacré Lupin

    Numéro 85 – Edito Adrien, qui ne nous a pas encore fait ses mémoires, est un esthète. Il aime l’art. Il...

    François Cérésa11 juin 2015
  • Astruc

    C’était la belle époque. Le diesel polluait moins, les ministres de la culture aussi. Potiche Pellerin n’était pas encore née, Radio...

    François Cérésa19 mai 2015
  • Alex

    À chaque fois qu’un livre de Dumas renaît de ses mousquetaires, on se met en garde. C’est bon. Un vent de...

    François Cérésa24 mars 2015
  • Jean-Luc Godard L’écaillé du cinéma

    Quand le père de la Nouvelle Vague et d’“À bout de souffle” inspire (bien ou mal ?) les romanciers. « Je suis...

    Emmanuelle de Boysson4 février 2015
  • Poivre

    Si la mélancolie est le bonheur d’être triste, alors Patrick Poivre d’Arvor connaît le bonheur. Ce qu’il appelle la “Nostalgie des...

    François Cérésa4 février 2015