Connect
En Haut

Pinocchio chez les fachos

Garlini suit le parcours sanglant d’un fasciste dans l’Italie des années 70.

Etudiant à Rome en 1968, Guerra appartient par tradition familiale à la droite la plus incandescente, plus proche en réalité des « Chinois » de l’ultragauche et d’autres anars que des bourgeois de la Démocratie chrétienne ou même des notables du M.S.I. Guerra le bien nommé affronte ainsi la police, vole une arme et, par accident, tue un militant gauchiste dont il a séduit la sœur. En quelques heures s’est jouée la tragédie d’une vie dédiée à la violence, à l’odio. Pris en mains par un réseau noir plus ou moins clandestin, constitué des rescapés de la Decima Mas et des ultimes partisans de Mussolini, Guerra plonge dans l’activisme le plus violent et le plus trouble, qui allie combats de rue et trafic d’armes, sans oublier de sanglants attentats à la bombe. Bientôt, sous l’influence de son mentor, le très ambigu Franco, meneur ressemblant étrangement à Guido Giannettini, l’un des protagonistes de la stratégie de la tension, Guerra rencontre militants et barbouzes au cours d’une dérive nihiliste qui évoque celle de nos modernes djihadistes. Malgré des longueurs et quelques bavardages, “Les Noirs et les Rouges” se révèle un grand roman, où nous accompagnons le jeune activiste devenu tueur, lecteur de Nietzsche, de von Salomon et même de Marcuse, jusque dans sa cavale en Afghanistan et en Patagonie. Nous le suivons aussi Corso Vittorio Emmanuele, dans l’appartement de Julius Evola, l’auteur de “Chevaucher le tigre”, qui chasse le jeune homme en ces termes : « Tu es un loup bleu. Va-t’en ». Le penseur de la Tradizione rejette le proscrit, l’exclu, le maudit archétypal qu’est Stefano Guerra – homo sacer.

Romancier politique, Garlini dépeint sans trembler les collusions entre activistes rouges ou noirs (les deux mouvances s’infiltrant à qui mieux mieux) et officines politico-militaires, d’où les agents US ne sont pas absents : « se servent-ils de nous ou nous servons-nous d’eux ? », se demandent ces têtes brûlées, jusqu’à l’éblouissement final. Toutefois, l’auteur voit plus loin qu’une énième dénonciation de l’extrémisme, qui serait sans intérêt : il comprend de l’intérieur un type d’homme, le Kshatriya, héraut d’une mystique de la violence vue comme une purification, l’homme d’épée dépourvu de légitimité dans une époque où règnent le mensonge et la parodie. Stefano Guerra est une sorte d’Achille contemporain, un enragé aveuglé par une pulsion de destruction, que le romancier nous fait toutefois prendre en affection. Romancier psychologique, Garlini décrit en clinicien un cas d’Œdipe non résolu et les conséquences d’un tel malheur. Sa peinture de l’amour-passion comme de la fraternité des activistes, avec leur part d’ambiguïté, doit être saluée, de même que celle des rapports complexes entre l’agent traitant et celui qu’il manipule. La gauche ultra, la Toskana-Fraktion, n’en sort pas grandie : « des bourgeois de bonne famille : l’école jusqu’à une heure, le déjeuner avec maman et la leçon de tennis, un italien sans accent régional, le petit pull en cachemire, les oreilles remplies par la musique des concerts de Santa Cecilia et la méchanceté arrogante du gamin qui a mis la domestique en cloque ». Sur fond de Volkswagen Coccinelles et de rengaines absurdes, un grand roman donc sur la décadence mercantile des 60’, sur les parodies de chevalerie et la quête d’un ordre d’acier, au sein duquel « les mains couvertes de sang aident à corriger le regard ».
C.G.

Les Noirs et les Rouges, d’Alberto Garlini, traduit de l’italien par Vincent Raynaud, Gallimard, 676 p., 27,50 €.

Plus d'informations dans Littérature étrangère

  • Cervantès ou l’effet de Manche

    Numéro 93 – Littérature étrangère   De surprenantes révélations sur l’auteur emblématique de “Don Quichotte”.   C’est l’un des ouvrages les...

    Jean-Claude Lamy4 mars 2016
  • Samuel Beckett : Le désespéré métaphysique

    Numéro 92 – Littérature étrangère   Les lettres de maturité de l’auteur de “Godot” enfin éditées chez Gallimard.   Les lettres...

    Maxence Caron16 février 2016
  • Un grand roman sur la cruauté

    Numéro 89 – Littérature étrangère   Martin Amis nous plonge dans les ténèbres du désir aveugle de faire le mal. Le...

    Michel Erman13 novembre 2015
  • Le black dog de Churchill et de Charlot

    Numéro 88 – Littérature étrangère L’histoire qui a uni Winston et Charlie contre les méfaits de la dépression. Ils se rencontrent...

    Vincent Landel27 octobre 2015
  • La merveilleuse muse de papa Schulz

    Numéro 87 – Littérature étrangère Évocation d’une femme magnifique qui fut la fiancée d’un Polonais génial. Bruno Schulz (1893-1942) est l’autre...

    François Kasbi9 septembre 2015
  • Vénus Khoury-Ghata: Vénus au miroir

    Numéro 86 – Littérature étrangère   La grande poétesse libanaise prouve encore qu’elle est un écrivain de la ferveur. René Char...

    Claude Delay25 août 2015