Connect
En Haut

Poivre

Si la mélancolie est le bonheur d’être triste, alors Patrick Poivre d’Arvor connaît le bonheur. Ce qu’il appelle la “Nostalgie des choses perdues” (L’Archipel) ressemble à s’y méprendre à la mélancolie chère à Victor Hugo. Sous forme de dictionnaire intime, il égrène son impuissance à retenir les êtres et les choses, ce qui est la caractéristique de la condition humaine. On compte trente-six chapitres dans son livre (des « apéritifs » au « voyage » en passant par la « poésie ») qui n’ont rien à voir avec trente-six chandelles. Était-ce mieux avant ? Pour les classiques, toujours. Pour les modernes, jamais. Le problème, c’est que les modernes d’aujourd’hui sont les classiques de demain et que les modernes d’hier sont les classiques d’aujourd’hui. Dans la nostalgie de Patrick, on retient “La piste aux étoiles”, “Plein soleil”, Claude Sautet, Chanel, Lagarde et Michard, le JT de TF1, Bernard Frank, Tintin, Enid Blyton, la grande époque du Stade de Reims (PPDA est né à Reims), les études de journalisme au CFJ avec Giesbert, la Plymouth Fury du “Cercle rouge”, la DS paternelle, la version des “Rois maudits” de Claude Barma (ce qui n’est pas la même limonade que le navet réalisé par José Dayan). Et même une phrase de Hegel : « La lecture des journaux est la prière du matin de l’homme moderne ». Avec Patrick, on chante : « Iva-nho-é, Iva-nho-é ! » Comme lui, on a la nostalgie de ce qui a été et de ce qui ne sera plus. Comme lui, on n’oublie pas. Comme lui, on n’oubliera pas ce qu’ils ont fait à Charlie. On n’oubliera rien.
F.C.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Se connecter

Laisser un commentaire

Plus d'informations dans Edito

  • Madame Mim

    Numéro 112 – Edito Dans les couloirs de l’Hôtel de Ville, elle chante : « Qui c’est la baronne du châtiau,...

    François Cérésa6 janvier 2018
  • Une idée de l’ enfer

    Numéro 86 – Edito En France, on aime jouer. On met beaucoup de politique dans la morale et peu de morale...

    François Cérésa6 juillet 2015
  • Sacré Lupin

    Numéro 85 – Edito Adrien, qui ne nous a pas encore fait ses mémoires, est un esthète. Il aime l’art. Il...

    François Cérésa11 juin 2015
  • Astruc

    C’était la belle époque. Le diesel polluait moins, les ministres de la culture aussi. Potiche Pellerin n’était pas encore née, Radio...

    François Cérésa19 mai 2015
  • Notre amie la rose

    On parle de french bashing. Il s’agit plutôt de french merding. Regardez Najat Vallaud-Belkacem. Aussi pertinente que l’inénarrable Fleur Pellerin (la...

    François Cérésa2 mai 2015
  • Alex

    À chaque fois qu’un livre de Dumas renaît de ses mousquetaires, on se met en garde. C’est bon. Un vent de...

    François Cérésa24 mars 2015