Connect
En Haut

Pourquoi tant de E.N. ?

Frédéric Beigbeder n’est pas notre plus mauvais critique littéraire. Mais il n’est pas aussi bon qu’il le croit et l’air désinvolte et libre qu’il se donne dans le Figaro Magazine ne trompe pas : il a ses jalousies, ses haines, ses préjugés. Ses bêtises.

Il a cherché à « se payer » Eric Naulleau et il est évident, à le lire, selon l’alternative trop française de l’encens ou de la descente en flammes, que Beigbeder a préféré la prétendue drôlerie partiale et vindicative à l’équité intellectuelle. Bien sûr qu’Eric Naulleau a changé, s’est transformé. Même sur lui le temps a passé. Il a aimé des livres hier et il en aime d’autres aujourd’hui. Et alors ? Sa culture était plus élitiste, ses enthousiasmes, ses dilections ne le portaient pas vers les produits commerciaux mais vers les raretés précieuses. Depuis plusieurs années, il est devenu une personnalité médiatique. Sans l’once d’une vulgarité, sans rien renier, en demeurant l’être chargé, empli des admirations d’antan et prêt à s’ouvrir aux sollicitations populaires actuelles.

Et alors ? Pour ma part, je suis heureux d’être l’ami de cet homme qui a bougé, qui ne s’est pas contenté de faire le pied de grue dans une destinée quiète mais a pris le risque d’appréhender l’extraordinaire comme l’ordinaire. Et qui s’en est trouvé bien. Les voyages intérieurs sont les plus beaux, Eric Naulleau n’est pas encore revenu de ses errances passionnées, diverses, contrastées. Ce que Beigbeder n’a pas désiré comprendre parce qu’il aurait été, alors, trop proche de ce que lui-même pouvait avoir de meilleur, c’est que les multiples facettes d’Eric Naulleau non seulement sont sa richesse mais que leur dénominateur commun est précisément lui-même, qu’il représente le lien, le ciment, la passerelle entre tout ce qu’il était, ce qu’il est et ce qui adviendra de lui. La cohérence d’une destinée vient de celui qui l’habite.

Enfin, il y a quelque chose de piquant à lire Beigbeder reprochant à Naulleau de trop jouir de l’air du temps et de se lover dans le cocon médiatique. Alors que le premier n’a fait que cela. Tant de E.N pour Naulleau ? Beigbeder ferait mieux de l’économiser, de s’économiser.
P.B.

  • Adrohmed

    Beigbeder est un mauvais dont l’existence se limite au télévisuel.

    Ses écrits comme ses envolées ne satisfont plus que lui.

  • Petula

    F.B. n’est pas un mauvais au sens strict du terme. Il a connu son heure de gloire et reçu les plus grands prix littéraires.

    Soit il a perdu l’inspiration, soit il doit se remettre aux produits qu’il affectionnait à cette époque! Ce qui est sûr, c’est qu’être star de la télé ne l’a pas tant aidé pour sa carrière d’écrivain!

  • Cpt_Venin

    On s’en fout de Beigbeder… S’il disparait personne ne le remarquera, il n’a plus pondu un opus correct depuis 10 ans. Les modes vont et viennent, pas le talent.

Plus d'informations dans Franc-parler

  • La Gauche ment !

    Numéro 96 – Franc-parler   À gauche, on n’a qu’une parole: le mensonge. Le dernier en date : « Nous avons bien redressé...

    Christian Millau16 juin 2016
  • Dur d’être francophile quand on aime la France ! De Leys à Nothomb

    Numéro 93 – Franc-parler   En décembre dernier, l’Académie de Langue et de Littérature françaises de Belgique recevait Amélie Nothomb au...

    Jean-Pol Baras10 mars 2016
  • Devenir réac de gauche

    Numéro 91 – Franc-parler   Désolé pour le « moi je » mais c’est la règle de ce jeu. Au premier...

    Christian Montaignac21 janvier 2016
  • Kerangal: épater les uns, emmerder les autres

    Numéro 90 – Franc-parler   En relisant “Réparer les vivants”, j’ai cru enfin saisir ce qui a fait son invraisemblable succès...

    Frédéric Roux22 décembre 2015
  • Les barbares sont arrivés… Enfin !

    Numéro 89 – Franc-parler   On ne les attendait plus. L’immigration avait cessé de faire peur. On avait supprimé les frontières....

    Roland Jaccard25 novembre 2015
  • Le totalitarisme du bien

    Numéro 88 – Franc-parler   Rien ne me semble plus révélateur de l’état préoccupant de la France que la manière dont...

    Philippe Bilger28 octobre 2015