Lecture du moment
Ce que François Cérésa pense de l’ENA

Ce que François Cérésa pense de l’ENA

Moi énarque, je vivrai dans ma bulle. Moi énarque, je serai un technocrate sans technique, pour me tromper, vous tromper et rebondir en dépit de tout. Moi énarque, je serai de gauche, de droite, du centre, je m’en fous, du moment que je travaille pour moi, pour ma gloire et pour celle de l’école. Moi énarque, je serai un grand commis de l’État dont la suffisance n’aura d’égale que l’incompétence. Moi énarque, je conduirai la France au désastre. Moi énarque, je ferai en sorte que notre pédagogie, fidèle à la pédagogie lancée en 1945 lors de la création de l’école, ne ressortira qu’à la démagogie. Moi énarque, je serai un énarque normal, donc fait pour me planter et vous planter. Enfin, moi énarque, je ne m’appellerai ni VGE, ni Chirac, ni Jospin, ni Hollande, mais tout simplement Ducon, comme dans la chanson de Montand.
F.C.

Voir le commentaire (1)

    Laisser une réponse

    2020 © Service littéraire, tous droits réservés.