Lecture du moment
Le Cao d’ Irène

Le Cao d’ Irène

Une stupidité transalpine qui ne ferait pas se tortiller deux asticots dans le même string.

À 29 ans, Elena n’a rien d’une fille délurée. Elle serait même plutôt du genre sainte-nitouche, avec une seule obsession : son travail de restauration des fresques de palais vénitiens que lui confient leurs propriétaires. Elle a pourtant pour meilleure amie Gaïa, une croqueuse d’hommes à l’appétit jamais satisfait. Cette organisatrice de soirées mondaines réussit à trainer Elena à l’inauguration d’un restaurant branché en l’incitant pour une fois à s’habiller sexy. Et là boum ! Elena se fait draguer par Leonardo, un masterchef qu’on imagine davantage devant les caméras que derrière les fourneaux.

Et ce qui devait arriver arrive. Elena la prude cède aux avances du beau tambouilleur, un sacré coup au plumard. Au fil de leurs séances à l’horizontale (voire à la verticale), Elena va devenir une bête de sexe, une enragée de la galipette. Du coup, une coucherie d’un soir avec son meilleur ami de fac, le gentil Filippo, lui apparait bien fade. Pourtant, plaquée par son cuistot, elle retourne vers Filippo. Celui-ci, dans un premier temps, repoussera la lubrique. Fin du premier tome. “Sur tes yeux” est en effet le premier tome d’une trilogie, à l’instar de “50 nuances…” publié chez le même éditeur. On ne change pas une recette à succès. Quoique…

Autant la trilogie américaine pouvait faire frissonner la ménagère de plus ou de moins de 50 ans (fantasmant sur le sadomaso), autant sa variante italienne ne devrait émoustiller que quelques asticots n’ayant pas encore succombé aux appels du tortillage. Il faut en effet se taper des chapitres entiers de poncifs et de niaiseries avant de tomber sur quelques scènes d’un érotisme qui rappelle le magazine “Lui” des années 60. Cette médiocrité éditoriale serait sans conséquence si elle ne traduisait un mépris évident à l’égard de lecteurs (trices) pris pour des gogos. Sans attendre les deux volumes promis, Irène Cao, on te dit tchao.
J.-M. L.

Voir également

Sur tes yeux, d’Irène Cao, Lattès, 379 p., 14,50 €.

Voir les commentaires (3)

    Laisser une réponse

    2020 © Service littéraire, tous droits réservés.