• Femen, Des saintes aux seins nus ?

    Le dernier livre de Caroline Fourest voudrait être pertinent, il est surtout comique. Je n’avais ...

Asséo, hissez haut !

Asséo est un homme d’amitié. Quand on a fait partie de la bande à Jef, c’est bien la moindre des choses. On parle de la bande à Joseph Kessel. Et là, autour de ce lion, on trouve d’autres félins, des tatoués, des authentiques, des vrais de vrais. Ils se nomment Gary, Brassens, Nucéra, Devos, Moretti. [...]

Lire la suite · Commentaire { 1 }

Maylis de Kerangal, La barbaque à visage humain

L’auteur allume le four à 160 degrés et balance tout son monde dedans. « Je ne veux pas qu’ils ouvrent son corps, qu’ils le dépiautent, je ne veux pas qu’ils le vident… » dit le père. « Mais les yeux, on ne prend pas les yeux, n’est-ce pas ? » dit la mère. Les yeux, ce [...]

Lire la suite · Commentaires { 3 }

Ras-le-bol des écolos !

Voilà qui est parlé ! La langue de guimauve est priée d’aller se faire foutre. Désormais, nos livres auront des titres musclés et bien couillus. Plus question de faire dans la mignardise. “De l’amour”, c’est un titre, ça ? A rebaptiser en vitesse : “Du cul”. Au moins, cela dit ce que cela veut dire. Dans le [...]

Lire la suite · Commentaire { 1 }

La femme parfaite est-elle une connasse ?

Un manuel poussif et vulgaire à l’usage des idiotes qui se la pètent. Un succès de librairie n’étant pas chose courante en ces sombres heures de crise économique, j’ai acheté l’ouvrage suscité dans un esprit à la fois pragmatique – comprendre ce qui se vend – et bienveillant – m’amuser des travers féminins, tant il [...]

Lire la suite · Commentaire { 1 }

Guillaume Depardieu, l’ enfant barbare

François Bernheim et Sylvie Matton racontent la vie brève et agitée d’un héros singulier. « Je suis l’estropié/ Le mutilé… » ou bien encore : « La patience me quitte/ Quand je vois l’impudence/ Quand j’entends la prudence/ L’interdit m’excite/ Ce dont je souffre c’est d’ardeur… ». Et aussi : « Je fais ce que [...]

Lire la suite · Commentaires { 3 }

Le Cao d’ Irène

Une stupidité transalpine qui ne ferait pas se tortiller deux asticots dans le même string. À 29 ans, Elena n’a rien d’une fille délurée. Elle serait même plutôt du genre sainte-nitouche, avec une seule obsession : son travail de restauration des fresques de palais vénitiens que lui confient leurs propriétaires. Elle a pourtant pour meilleure [...]

Lire la suite · Commentaires { 3 }