Connect
En Haut

Baras

Non, il ne s’agit pas de ce vicomte rouge qui mit le pied à l’étrier à Bonaparte et que Bonaparte désarçonna. Il s’agit de Jean-Pol Baras. Jean comme l’apôtre, Pol comme l’illustre Vandromme qui fut le critique littéraire le plus sémillant de la presse belge. Justement, Jean-Pol Baras est belge. Il a été le secrétaire général du Parti socialiste de 1995 à 2008. Certains disent qu’il pensait bien dans une époque qui pensait mal – ce qui est toujours le cas. Baras a une particularité : il fut un lecteur assidu du Nouvel Observateur. Depuis 1964, autrement dit depuis sa création. Ne lui parlez pas de France-Observateur ou de l’Obs, lui, c’est le Nouvel Observateur ! Il le dévorait de A à Z, car c’est bien connu, un bon journal qui a de bons articles est fait par de bons journalistes qui s’adressent à de bons lecteurs. Baras lisait et relisait Jean Daniel, Jean-Louis Bory, Maurice Clavel, Olivier Todd, Michel Bosquet.

La liturgie avait du corps, Jaurès valait bien une messe. Il riait avec Copi, Brétécher, Reiser. Baras avait de l’esprit car c’est un esprit libre. L’idée a fait son chemin. 50 ans de lecture, c’est mieux que 100 ans de solitude. Cet homme qui aime aimer, comme disait Cocteau, s’est mis à écrire. Loin de ces socialos endimanchés qui ne jurent que par leur promotion à l’ENA ou de ces pseudo-penseurs qui pensent pour les autres avant de penser aux autres (on songe évidemment à BHL qui fait pouffer Baras), il a décidé de raconter sa genèse. Et cela tombe bien, car “En lisant le Nouvel Obs”, qui prouve de manière éclatante qu’on a tous besoin de partir à la recherche d’un temps perdu qu’on ne retrouve jamais, est édité chez Genèse. On a envie de paraphraser Verlaine et Béraud : qu’as-tu fait de ta genèse ? Baras le sait. Sa nostalgie est éclatante.

Plus d'informations dans Edito

  • Une idée de l’ enfer

    Numéro 86 – Edito En France, on aime jouer. On met beaucoup de politique dans la morale et peu de morale...

    François Cérésa6 juillet 2015
  • Sacré Lupin

    Numéro 85 – Edito Adrien, qui ne nous a pas encore fait ses mémoires, est un esthète. Il aime l’art. Il...

    François Cérésa11 juin 2015
  • Astruc

    C’était la belle époque. Le diesel polluait moins, les ministres de la culture aussi. Potiche Pellerin n’était pas encore née, Radio...

    François Cérésa19 mai 2015
  • Notre amie la rose

    On parle de french bashing. Il s’agit plutôt de french merding. Regardez Najat Vallaud-Belkacem. Aussi pertinente que l’inénarrable Fleur Pellerin (la...

    François Cérésa2 mai 2015
  • Alex

    À chaque fois qu’un livre de Dumas renaît de ses mousquetaires, on se met en garde. C’est bon. Un vent de...

    François Cérésa24 mars 2015
  • Jean-Luc Godard L’écaillé du cinéma

    Quand le père de la Nouvelle Vague et d’“À bout de souffle” inspire (bien ou mal ?) les romanciers. « Je suis...

    Emmanuelle de Boysson4 février 2015