Connect
En Haut

Sade

Incompétent 1er et sa cour se plantent sans cesse. Sur la croissance, sur le chômage, sur la reprise, sur les impôts, sur les vertus de la République. Pour compenser, ils commémorent. Dans ce mot, il y a le mot mort. Le monde est sadique. Les malheurs de la vertu font le bonheur de tous les vices. Si la philosophie dans le boudoir est un bide, la vie est une succession d’emmerdements avec très peu d’éclaircies. Les énarques, très forts pour tout promettre et ne rien tenir, multiplient les bourdes. Nous sommes à la merci de technocrates qui n’ont aucune technique. Le monde est sadique. Même Dieu dont le fils est mort sur la croix donne l’impression de passer ses nerfs sur les masochistes que nous sommes. Les pessimistes, qui sont des optimistes ronchons, disent que nous manquons d’élégance. Le monde est sadique. Ce mot lui-même, emprunté à un marquis qui n’a rien de divin, est synonyme de souffrance. Sade est casse-pieds. Les intellectuels qui sont par nature pervers en ont fait une icône. Dieu merci, on vous recommande le livre de Michel Onfray (“La passion de la méchanceté”, Autrement). Onfray, en substance, nous dit que Sade prépare le nazisme. Puisqu’on parle de substance, Sade ressemble surtout à ce sur quoi on marche du pied gauche et qui est censé porter bonheur. Même du pied droit, on se dispensera de marcher sur lui. Le livre d’Onfray est un bol d’air.
F.C.

Plus d'informations dans Edito

  • Une idée de l’ enfer

    Numéro 86 – Edito En France, on aime jouer. On met beaucoup de politique dans la morale et peu de morale...

    François Cérésa6 juillet 2015
  • Sacré Lupin

    Numéro 85 – Edito Adrien, qui ne nous a pas encore fait ses mémoires, est un esthète. Il aime l’art. Il...

    François Cérésa11 juin 2015
  • Astruc

    C’était la belle époque. Le diesel polluait moins, les ministres de la culture aussi. Potiche Pellerin n’était pas encore née, Radio...

    François Cérésa19 mai 2015
  • Notre amie la rose

    On parle de french bashing. Il s’agit plutôt de french merding. Regardez Najat Vallaud-Belkacem. Aussi pertinente que l’inénarrable Fleur Pellerin (la...

    François Cérésa2 mai 2015
  • Alex

    À chaque fois qu’un livre de Dumas renaît de ses mousquetaires, on se met en garde. C’est bon. Un vent de...

    François Cérésa24 mars 2015
  • Jean-Luc Godard L’écaillé du cinéma

    Quand le père de la Nouvelle Vague et d’“À bout de souffle” inspire (bien ou mal ?) les romanciers. « Je suis...

    Emmanuelle de Boysson4 février 2015